30 août 2019

Première visite de Pau (64)

Les équipes d’Epareca se sont rendues ce mercredi 28 août à Pau à l’occasion d’une première visite du centre-ville, retenu dans le programme national Action Cœur de Ville. La Ville de Pau met en œuvre depuis 2015, une stratégie de dynamisation commerciale du centre-ville pour le positionner comme une destination commerciale différenciante au sein de l’agglomération. Située au sein du périmètre ORT, au cœur du centre commerçant piéton, la galerie Joffre accueille plusieurs enseignes nationales. Gérée en copropriété (dont 19 lots sur 23 sont maîtrisés par la Société Immobilière et d’Aménagement du Béarn/SIAB dans le cadre de sa concession d’aménagement), en rez-de-chaussée d’un immeuble de logements datant des années 1960, la galerie commerciale dispose d’un passage intérieur entre deux rues desservant de petites cellules. Un projet de restructuration visant à l’accueil d’une ou deux moyennes surfaces (remembrement de cellules existantes) est à l’étude. L’objectif est d’apporter une véritable plus-value à l’offre commerciale du cœur de ville pour générer de nouveaux flux de clients sur ce secteur. Par ailleurs, à proximité de l’Hôtel de Ville, un projet de reconversion concernant l’immeuble Saint-Louis, ancien cinéma fermé au cours des années 1990 et inoccupé depuis, est actuellement porté par la SIAB sous la maîtrise d’ouvrage de la Ville de Pau. L’accueil de surface commerciale en rez-de-chaussée de logements ou de bureaux pourrait être envisagé. Les deux sites vont faire l’objet de projets de requalification pour la Galerie Joffre et de reconversion pour l’immeuble Saint-Louis dans le cadre de l’APP « Réinventons nos cœurs de Ville ». Epareca pourrait accompagner les réflexions autour de ces 2 projets.

Première visite de Lourdes (65)

Les équipes d’Epareca se sont rendues ce mercredi 28 août à Lourdes pour une première visite de son centre-ville, éligible au programme national Action Cœur de Ville. Bénéficiant d’un fort attrait touristique, la Ville de Lourdes dispose d’une densité commerciale importante et d’une offre assez qualitative (offre alimentaire complète, présence d’enseignes, halles, commerces non sédentaires, etc.). Toutefois certaines activités restent peu visibles en raison d’une urbanisation contraignante (dichotomie marquée entre la cité mariale en partie haute et le centre-ville en partie basse), d’une prédominance de la présence de la voiture, en particulier sur les espaces publics qui jalonnent le centre-ville et d’un phénomène de spécialisation de l’offre liée au statut de haut lieu du pèlerinage religieux au niveau mondial. Ainsi, la vacance s’accroit dans les rues marchandes implantées en retrait des axes marchands principaux. Un phénomène renforcé par un taux de vacance des logements non négligeable, un bâti parfois dégradé et une difficulté d’accès pour les automobiles ou les piétons, cela malgré les investissements récents opérés sur les espaces publics (Place Peyramale, Place Marcadal, etc.). La Ville projette donc, à travers la mise en œuvre d’une OPAH-RU,  de rénover et de revaloriser l’habitat du centre-ville Lourdais , avec pour enjeux de renforcer la mixité sociale et de résorber la vacance des logements en s’appuyant notamment sur l’EPF Occitanie. Par ailleurs, il s’agira de concentrer et de structurer l’offre commerciale sur un périmètre resserré et mieux défini. En ciblant, notamment, la réflexion et les interventions sur la rue de la Grotte  où une vacance structurelle est observable et sur des tènements fonciers clés tels que l’ancien hôtel de la Rotonde situé à proximité du cinéma le Pax et qui occupe une place stratégique à l’intersection de la « ville basse » et de la « ville haute » ou un immeuble vacant proposant un important volume en rez-de-chaussée.