Coeur de Ville Lourdes (65)

Lourdes fait partie des 222 villes moyennes retenues dans le cadre du programme national de revitalisation des centres villes baptisé « Action Cœur de Ville (ACV) ».

 

Centre de pèlerinage catholique depuis les « apparitions de Lourdes » en 1858, la Ville compte 14 361 habitants et accueille chaque année près de 3,5 millions de pèlerins ou visiteurs venus du monde entier. Avec un parc hôtelier de plus de 12 000 chambres et près de 22 200 lits pour 170 hôtels, Lourdes est la deuxième ville hôtelière de France, après Paris.

 

Sur le plan de la redynamisation commerciale, un Schéma Stratégique de Développement Economique, Commercial et d’Accueil d’entreprises avec notamment un volet spécifique sur le cœur marchand de Lourdes a été initié 2016, et un observatoire économique et social du centre-ville a récemment été mis en place.

 

La ville semble souffrir d’une spécialisation de l’offre due à l’omniprésence des magasins de souvenir lié au pèlerinage et à une césure entre la ville basse et la ville haute.

 

La vacance commerciale du centre-ville est caractéristique d’une offre commerciale surdimensionnée et d’un appareil commercial vieillissant peu attractif (seulement 22 % d’enseignes nationales). Le centre-ville comprend 242 commerces et le taux de vacance est de 15 %. La remise en tension d’une boucle marchande resserrée sur la ville haute, qui pourrait intégrer la rue de la Grotte (lien entre les 2 parties du centre-ville), semble ainsi nécessaire pour permettre le renouvellement de l’offre commerciale en ciblant notamment des activités non alimentaires (équipement de la personne d’entrée de gamme, sport, jouets, bricolage en moyennes surfaces, etc.).

 

L’ANCT assure la maîtrise d’ouvrage d’une étude visant à analyser et objectiver le potentiel commercial au sein d’une boucle marchande resserrée dans laquelle une opération en diffus pourrait-être portée par l’établissement.

 

Une étude juridique et foncière pourrait être sera lancée en complément afin de cibler les opportunités et les duretés foncières et d’apprécier les intentions patrimoniales des propriétaires des cellules commerciales/activités ou immeubles susceptibles de bénéficier d’un projet de requalification.